Femmes rentrantes

Femmes rentrantes

Logo pa h bleu clair turquoise sans texte

Entreprendre au féminin - Numéro vert, aide renforcée. 
Ucm-hainaut.be Source :U&A, 16/03/07

Au 0800/84.426, les femmes dites "rentrantes" pourront trouver toutes les informations utiles si elles souhaitent créer leur entreprise, se lancer comme indépendantes. Elles auront également accès à une aide spéciale, à un accompagnement renforcé.
Le vilain nom de "femmes rentrantes" qualifie les personnes qui se sont retirées du marché du travail, souvent à cause des enfants, et veulent reprendre une activité professionnelle à 35, 40 ou 50 ans. Un certain nombre d'entre elles envisagent de créer leur propre emploi, de prendre un statut d'indépendante.
A l'initiative de Sabine Laruelle (MR), ministre des Classes moyennes, et avec la participation du Fonds de paticipation, un numéro vert leur est donc réservé. C'est une plate-forme d'information et d'orientation, qui les guidera vers les organismes utiles, l'UCM par exemple, pour la création d'entreprise.
De plus, les femmes rentrantes (sans activité professionnelle ni revenu du chômage ou autre depuis plus de trois ans) pourront bénéficier d'un accompagnement gratuit du Fonds de participation pendant six mois maximum avant le lancement de leur projet, en plus des dix-huit mois traditionnels pour tout bénéficiaire d'un prêt de démarrage.

"Mieux aider les femmes seules avec enfants"
Priorité de la Journée de la Femme et de l'année 2009  

Bruxelles, le 7 mars 2009

Communiqué de presse

A l'occasion d'un forum-débat « Femmes seules avec enfants : un vrai défi », la ministre de l'Emploi et de l'Egalité des chances, Joëlle Milquet, a présenté le lancement de l'opération « Mieux aider les femmes seules avec enfants » pendant toute l'année 2009 ainsi que trois premières pistes de propositions en matière d'emploi pour les femmes seules avec enfants.

A. Introduction

Selon une étude de l'Onafts (Office national d'allocations familiales pour travailleurs salariés), le nombre de familles monoparentales aurait augmenté de 32 % entre 1991 et 2004. Ce nombre est le plus élevé à Bruxelles (30,86 %), puis en Wallonie (25,52 %) et enfin en Flandre (15,74 %). Aujourd'hui, les familles monoparentales constituent un cinquième du total des ménages et 8 fois sur 10, le chef de famille est une femme !
Sans les stigmatiser, il est nécessaire aujourd'hui de porter un regard attentif à cette évolution de notre société et d'adapter nos politiques en fonction de ses nouveaux besoins.
Car en effet, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté est de 14,7 % en Belgique mais s'élève à 31,2 % chez les parents seuls. Les familles monoparentales ont nettement moins de facilités pour trouver un logement ou pour trouver de l'aide pour garder et éduquer les enfants. Par ailleurs, il semblerait que les femmes chefs de familles monoparentales soient plus susceptibles d'avoir une moins bonne santé physique et mentale.
Avoir un emploi ou être à la recherche d'un emploi quand on élève seul(e) des enfants comporte des difficultés plus importantes que chez les personnes en couple, notamment en ce qui concerne la garde des enfants et les frais de déplacement. Cette situation renforce les pièges à l'emploi.
Ceci explique en partie que le nombre d'actifs soit plus élevé chez les parents vivant en couple que chez les parents isolés (78,37 % contre 54,95 %) et que les parents isolés ont un taux de chômage 5 fois plus élevé que les parents en couple (32,19 % contre 6,46 %).

B. Lancement de l'opération « Mieux aider les femmes seules avec enfants »

Ainsi, la ministre de l'Emploi et de l'Egalité des chances a annoncé à l'occasion d'un forum-débat sur « Les femmes seules avec enfants : un vrai défi » que la priorité de l'année 2009 en matière d'égalité des chances sera consacrée à la problématique des femmes seules chefs de familles.
Joëlle Milquet va charger l'Institut pour l'Egalité des Femmes et des Hommes ainsi que les différentes associations de femmes de préparer différentes études, débats et analyses permettant de préparer un rapport détaillé et différentes recommandations et propositions qui seront présentées aux différents niveaux de pouvoir lors du « Symposium de la Femme seule » qui sera organisé à l'Automne 2009. L'ensemble de ce processus s'intègrera dans une opération intitulée « Mieux aider les femmes seules avec enfants ».

C. Trois mesures ‘emploi' pour soulager la vie des femmes seules avec enfants

La ministre de l'Emploi et de l'Egalité des chances, Joëlle Milquet, a par ailleurs présenté quelques pistes de propositions en matière d'emploi pour les femmes seules.
1. Renforcer le congé parental des parents seuls
L'allocation du congé parental pris à 1/5ème temps pour parent isolé de moins de 50 ans s'élève aujourd'hui à 165,80 euros. La ministre de l'Emploi souhaite, dans le cadre de l'élaboration du budget 2010, pouvoir proposer une augmentation de l'allocation pour parent seul. C'est en effet ce type de congé qui est le plus prisé et qui a l'avantage de permettre aux parents seuls de continuer à travailler tout en pouvant consacrer un peu plus de temps à leur vie privée.
2. Un titre-service pour les familles monoparentales
Pour 2009, un budget de 1,7 million d'euros a été dégagé pour créer des titres-services sociaux gratuits pour aider les chefs de familles seuls qui vivent dans une situation plus précaire.
3. Extension de la prime familles monoparentales aux « femmes rentrantes »
Sur proposition de la ministre de l'Emploi, un complément de reprise de travail de 75 euros est accordé depuis le 1er février 2009 pendant 12 mois aux chômeurs chefs de famille monoparentale qui retrouvent un emploi.

L'idée est de l'accorder également aux femmes rentrantes qui n'ont pas le statut de chômeuses. Bien souvent, ces femmes décident de retravailler à la suite d'une séparation.